NOTRE PROFESSION, LES ANNONCES ÉLECTORALES ET NOS ACTIONS RESPECTIVES.

La FÉÉPEQ tient à vous remercier pour vos nombreux commentaires inscrits sur Facebook la semaine dernière. Dans la conjoncture actuelle où l’activité physique et le jeu libre sont vus comme des solutions miraculeuses à la sédentarité grandissante, votre regard et votre prise de position concernant votre enseignement sont d’autant plus importants pour nous tous dans la profession.

Notre discipline est un vecteur de changement social qui soutient et encourage les élèves à développer leurs compétences, leurs habiletés motrices, leurs habiletés sociales, etc. L’éducation physique favorise le développement global de la personne.

Si d’un côté les jeunes ont inévitablement besoin d’être actifs, d’interagir avec les autres et de se mouvoir librement au quotidien, de l’autre, ils ont nécessairement besoin d’un accompagnement professionnel de qualité fondé sur un processus éducatif qui transcende le jouer pour jouer. Ce processus éducatif implique nécessairement une phase d’évaluation.

Depuis plusieurs années, et encore plus depuis quatre ans au moment où le questionnement sur l’évaluation a été davantage médiatisé, la FÉÉPEQ a toujours affirmé et affirme encore aujourd’hui l’importance de l’évaluation en soutien à l’apprentissage de l’élève à tous les ordres d’enseignement. Les diverses formes que prend l’évaluation permettent d’offrir une rétroaction aux élèves afin qu’ils puissent, entre autres, prendre conscience de leurs apprentissages, de la progression réalisée, et ce, dans le plaisir.

De plus, il est certain que la situation au secondaire nous interpelle. Pour la FÉÉPEQ, la réussite de chaque élève nous tient à cœur et comme le développement global de la personne est notre levier, nous demandons systématiquement à chaque occasion pertinente que cette discipline soit obligatoire pour l’obtention du diplôme. Nous revendiquons aussi qu’il y ait un programme spécifique en ÉPS en maternelle et en pré-maternelle. Il en va de même pour le secteur professionnel au secondaire. Au collégial, nous profitons aussi de la campagne actuelle lors de nos rencontres afin de faire connaître le piège du rapport Demers, qui s’abstient de parler d’une seule matière dans la formation générale, soit l’éducation physique.

Le préscolaire, le primaire et le secondaire constituant le tronc commun d’apprentissages pour tous, nous soutenons l’aspect indispensable de l’EPS pour favoriser le développement de saines habitudes de vie, tout au long de la vie. De là la revendication des 150 minutes par semaine d’enseignement en ÉPS comme faisant partie des conditions nécessaires à un enseignement de qualité supérieure.

C’est à nous tous que revient le mandat de promouvoir et de valoriser les nombreux bienfaits de notre enseignement. Bien que parfois difficile, nul autre que les acteurs du milieu ne peuvent mieux défendre la nécessité de cette discipline auprès des élèves du Québec.

Nous devons rallier à nous parents, collègues, dirigeants du réseau scolaire et politiciens afin que tous conçoivent que l’EPS est un véhicule pour le développement global de chacun d’entre nous. Que l’apprentissage dans l’action est nécessaire à tous les élèves et que les mesures favorisant l’activité physique et le jeu libre sont complémentaires au travail réalisé en EPS en amont et en aval ultimement.

La FÉÉPEQ, consciente du travail d’influence à faire, profite de ses écrits (mémoires, communiqués, etc.) et de ses représentations afin de revendiquer des améliorations au contexte d’enseignement en éducation physique, tout autant que la reconnaissance de notre rôle professionnel dans l’accompagnement des écoles en lien, par exemple, avec la mesure À l’école, on bouge !

Le communiqué du 18 juin dernier à lire sur le site FÉÉPEQ vous permet de prendre connaissance des demandes faites à la veille des élections. Actuellement, nous suivons les annonces des partis politiques et nous cherchons à faire connaître notre point de vue lorsque c’est pertinent pour l’avenir de notre profession. Nous voulons aussi rappeler les engagements déjà pris qui nous permettraient d’être partie prenante des discussions officielles qui auront lieu, notamment sur les encadrements pédagogiques et l’évaluation en lien avec le PFEQ, et ce pour l’ensemble des disciplines: annonce du ministre Proulx au printemps dernier.

La FÉÉPEQ continue de déployer ses efforts pour rassembler tous les acteurs de l’EPS (enseignants, CP, universitaires, étudiants, etc.), ce qui est d’autant plus nécessaire dans le contexte actuel. Plus nous serons en mesure d’expliquer ce qu’est l’EPS de qualité et ce qu’il a comme effet chez les élèves, plus nous serons capables de faire valoir l’importance de cette discipline dans toutes les écoles (primaire, secondaire et collégial) du Québec.

Continuons tous à en faire la promotion au quotidien!

Julie Montcalm, secrétaire FÉÉPEQ
Eric Paquet, Trésorier FÉÉPEQ
Erik Guimond, VP. Politique FÉÉPEQ
Joanie Beaumont, VP. Pédagogie FÉÉPEQ
Jean-Claude Drapeau, Président FÉÉPEQ

– 30 –

Pour information :
Véronique Marchand
Directrice des opérations
Fédération des éducateurs et éducatrices physiques enseignants du Québec (FÉÉPEQ)
819-238-4661
info@feepeq.com

Pour télécharger le communiqué en PDF